A lire : Comment ce Varois a transformé sa Fiat Multipla en voiture de sport qui atteint les 300 km/h

Nous venons de remarquer cet article sur la thématique « voitures de collection ». Avec plaisir nous vous en livrons le principal dans cette publication.

Le titre (Comment ce Varois a transformé sa Fiat Multipla en voiture de sport qui atteint les 300 km/h) est évocateur.

Le journaliste (identifié sous la signature d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres posts qu’il a publiés sur le web.

L’article en question :

On entend souvent que le monde du tuning rassemble de nombreux « Jacky ». Une expression quelque peu moqueuse qui désigne les adeptes de tuning automobile aux goûts jugés excessifs ou ridicules. Il y a six ans, Franck Delage, habitant de Roquebrune-sur-Argens, a décidé, non sans humour, de créer une chaîne YouTube intitulée Quartier général du troll (QGDT).

De l’humour avant tout

Avec un nom pareil, on comprend rapidement que la dérision est le ciment des nombreuses vidéos postées.

« À la base, on s’amusait à parodier les fans de tuning qui sont restés bloqués dans les années 90 et qui se rassemblent sur les parkings de supermarchés, explique l’ancien carrossier, aujourd’hui sellier. On faisait aussi des parodies de films comme Fast and Furious. »

Le concept prend, et aujourd’hui, les différents réseaux du QGDT comptabilisent environ un million d’abonnés. Mais il y a trois ans, Franck Delage a décidé de passer la vitesse supérieure et s’atteler à un projet d’une tout autre envergure : transformer une Fiat Multipla, un monospace souvent raillé pour son design plutôt atypique, en voiture de sport, dédiée aux glissades latérales, les drifts.

Pour que ce projet fou voie le jour, de grosses modifications ont été necessaires.

Projet participatif

« La Multipla a été élue voiture la plus moche », annonce avec humour Franck Delage, comme pour justifier son choix.

Moche, peut-être, mais pas dénuée d’intérêt. Depuis trois ans, le passionné transforme donc une voiture restée malgré elle dans les annales, en bolide. Un chantier d’envergure, mais il a pu compter sur l’aide des personnes qui le suivent sur les réseaux sociaux. » C’est un projet participatif qui a en partie été réalisé avec des abonnés, précise-t-il. Le reste, c’est moi qui l’ai fait. »

Et de l’huile de coude, il en a fallu. Car la Multidrift n’a plus rien à voir avec une Multipla sortie de concession. Il a fallu bricoler, beaucoup bricoler. « Pour faire des drifts, il faut une propulsion et les Multipla sont des tractions. J’en ai donc soudé une sur un châssis de BMW E36. »

Pour faire avancer la bête, le moteur d’origine a été remplacé par un autre de quelque 350 chevaux. Et après des centaines d’heures de travail (entre 600 et 700), et un passage au banc de puissance qui lui a permis d’atteindre les 306 km/h, le public pourra admirer ce monstre sur le circuit du Luc, le 9 décembre.

Pour propulser la bête, le moteur d’origine a laissé la place à celui d’une BMW de 350 CV.

Une journée au contact du public

Au programme, une journée de roulage, au contact des aficionados qui suivent le QGDT depuis plusieurs années. Le tout, dans la bonne humeur. « Ça sera les premiers tests sur circuit, continue Franck Delage. Ça sera également la première rencontre avec les abonnés. »

Et pourquoi pas croiser les fameux « Jacky » qui l’ont tant inspiré depuis six ans ?

Dans le jardin de Frank Delage, des Multipla sous toutes les formes, cabriolet ou monster truck !

Huit Multipla dans son garage

Si la Multipla est selon Franck Delage une voiture « moche », le trentenaire en possède plus d’une. En plus de la Multidrift, huit autres garnissent son garage. Mais comme dit l’adage, quand on aime, on ne compte pas.

« J’ai un cabriolet et une autre transformée en monster truck, par exemple, explique-t-il. Ces deux-là sont assez connues car je les ai rachetées à la chaîne RMC Découverte, elles ont participé à l’émission Top Gear. »

Pour son dernier projet, le sellier a dépensé entre 20 000 et 22 000 euros. Une addition conséquente qui aurait pu être bien plus salée s’il n’avait pas économisé la main-d’œuvre, en faisant lui-même la plupart des modifications.

La Multidrift terminée, il pourrait bien se lancer dans une nouvelle folie. « Mon but, c’est d’en avoir dix et d’arrêter… car je commence à en avoir beaucoup et j’ai des travaux à faire sur plusieurs. Mais j’aimerais bien faire une Multipla gendarmerie », termine-t-il.

De quoi faire le bonheur de sa communauté pendant encore un bon moment. Et celui des gendarmes ?

Bibliographie :

Ferrari au 1/43e, sport,….,Ouvrage .

La SAAB 900.,Ouvrage .

Citroën, 100 ans – coffret.,Ouvrage .

ALPINE BERLINETTE, L’ICONE….,Ouvrage .